Technologie et pression réglementaire

“English”

Auteur: Thierry Haensenberger, Senior Vice President, EMEA, AxiomSL

Ces dernières années, les banques de toutes tailles et natures ont tiré d’importants bénéfices des évolutions technologiques. Une attention particulière est souvent accordée aux plateformes de trading de dernière génération. Cependant, c’est bien dans le domaine de la conformité réglementaire que la technologie apporte la contribution récente la plus significative aux banques privées, de détail ou d’investissement.

AxiomSL - Thierry HaensenbergerDepuis la crise financière mondiale, l’augmentation de la pression réglementaire pour les acteurs du marché financier est considérable. Les banques doivent envoyer aux autorités de tutelle des informations à un niveau de détail, de volume et à une fréquence jamais vus.

Bâle III est typique des mesures qui sont mises en place pour empêcher une répétition des événements de 2008-9. Cette réglementation de grande ampleur oblige les banques à utiliser des centaines, voire des milliers d’éléments d’information pour calculer leur exposition à différents types de risques et leurs besoins en fonds propres. Les banques doivent ensuite communiquer les résultats de ces calculs dans des rapports circonstanciés à la Banque nationale suisse (BNS).

Quand il s’agit de faire face à des obligations complexes touchant à de très nombreuses données, comme Bâle III ou FATCA entre autres, les raccourcis manuels que les banques ont souvent mis en place pour remplir leurs obligations réglementaires ne sont plus une option. C’est pour cela qu’elles adoptent de plus en plus des technologies d’automatisation du processus de reporting de bout en bout, de l’extraction de toutes les informations nécessaires, en passant par les calculs réglementaires, à la création des rapports, et à leur soumission aux autorités.

Avec de telles plateformes de production de rapports réglementaires, les banques peuvent ainsi respecter les délais stricts fixés par les régulateurs, éliminer les erreurs humaines, et supprimer les coûts associés aux processus manuels. Cependant, pour optimiser leur valeur ajoutée, plusieurs points importants doivent être gardés à l’esprit.

A chaque nouvelle réglementation, les banques sont souvent tentées d’installer une nouvelle plate-forme de reporting pour gérer un nouveau besoin. C’est une démarche extrêmement inefficace, puisque les mêmes données et processus sont souvent nécessaires pour différents types de rapport, et la duplication des données et multiplication des plateformes gonfle les coûts de maintenance et accroît les risques d’incohérence entre les rapports produits. Le même problème se pose avec la multiplication des plateformes dans des juridictions distinctes.

Pour profiter pleinement des avantages que la technologie récente peut apporter, les banques ont besoin de rationaliser leur architecture de conformité, en réduisant le nombre de plates-formes qu’elles utilisent, en en gardant idéalement une seule pour couvrir toutes les réglementations et juridictions.

La gestion du changement représente également un enjeu majeur des projets de conformité réglementaire, car de nouvelles obligations apparaissant constamment, et les délais d’implémentation et de test sont de plus en plus court : les nouveaux modèles de rapports que la BNS prévoit de publier en Mai seront par exemple disponibles moins de six mois avant leur entrée en vigueur légale.

Bon nombre de banques éprouvent des difficultés à gérer les changements introduits par la BNS car ils impliquent une mise à jour logicielle complète de leur plate-forme de production de rapports, coûteuse en temps, testing et frais de consulting auprès de l’éditeur. Le rythme des changements réglementaires accélérant, le salut vient de plateformes de reporting flexibles pouvant être rapidement et simplement mises en conformité avec les dernières règles et rapports.

La technologie est un actif primordial des banques pour traverser cette période de changement réglementaire sans précédent, mais elle doit offrir flexibilité et possibilité de consolidation pour délivrer tout son potentiel.

This article was originally published by L’Agefi.

To discuss this article further, please contact: emea@axiomsl.com