AnaCredit: Défi ou opportunité?

Deutsch English Español

08/03/2018 – Par Abhishek Awasthi, chef de produit, AxiomSL EMEA

À moins de 6 mois de la date limite pour la soumission des données complètes, les exigences d’AnaCredit continuent de représenter des défis considérables pour le secteur bancaire. Avec la communication d’informations d’AnaCredit, la qualité des données et la gestion des données sont devenues des domaines prioritaires. Collecter des données provenant de sources de données multiples et disparates et certifier leur complétude constituent le principal défi.

Lancé par la Banque centrale européenne (BCE), le projet AnaCredit, ou réglementation des séries de données analytiques sur le crédit, prétend collecter des données détaillées, concernant le crédit, sur les prêts bancaires individuels accordés par les établissements de crédit aux personnes morales, dans la zone euro. La première étape de la réglementation comprend la communication des informations des prêts accordés aux personnes morales excédant un seuil prédéfini (25 000 euros dans la plupart des pays). Les étapes subséquentes d’AnaCredit augmenteront l’étendue de la communication d’informations, y compris le nombre d’instruments admissibles et les contreparties examinées.

Cette demande de communication de données détaillées et volumineuses est un fardeau considérable imposé aux établissements de crédit. La date limite de reporting est le 30 septembre 2018 et quelques pays, comme l’Allemagne et l’Irlande, ont déjà ouvert leurs portail de tests depuis octobre 2017. Les portails de tests, ainsi que la mise en service qui s’ensuit, seront mises en œuvre graduellement d’ici à septembre 2018.

Défis principaux

Les Banques centrales nationales (BCN) sont tenues de communiquer les informations d’AnaCredit à la BCE. Les établissements financiers (EF) devront donc communiquer les informations à leur BCN. Les EF à entités multiples, en particulier, vont avoir de la peine à aborder cet aspect multi-juridictionnel de la réglementation.

Un autre défi d’AnaCredit est sans aucun doute la demande de communication de données détaillées de la BCE. Alors que d’autres types de communications d’informations se concentreraient généralement sur les valeurs totales des prêts, AnaCredit exige des informations exhaustives sur chaque prêt. En conséquence, la qualité des données est primordiale et les ajustements typiques de la valeur totale dus aux questions liées à la qualité des données ne seraient pas viables sous le régime d’AnaCredit.

De plus, les sociétés devront faire face à de strictes obligations quant à la fréquence de la communication des informations : mensuellement, trimestriellement ou « en cas de modification ». La communication mensuelle et trimestrielle des informations devra être soumise régulièrement, selon certains délais, alors que la communication « en cas de modification » ne devra avoir lieu que si les données du prêt subissent des modifications, en s’ajoutant à la communication initiale d’informations. Tout compte fait, ces facteurs entraînent de nombreuses difficultés d’application aux sociétés, qui sont déjà submergées par un programme de conformité spécifique.

De la conformité à la performance

Les EF devraient être en mesure d’aborder la communication d’informations statistiques, d’exploitation, transactionnelles et d’autres exigences réglementaires d’une manière beaucoup plus efficace et simplifiée. Nous observons actuellement que les exigences de la communication réglementaire d’informations convergent vers un format similaire homogène. Ce contexte pourrait se présenter comme une opportunité que les EF pourraient saisir pour capturer ces données en employant une méthode efficace et logique leur permettant, en fin de compte, d’utiliser la même source de données pour répondre à toutes les communications de données, sans affronter constamment des demandes différentes de données. Dans le cas d’AnaCredit, lorsque l’extension envisagée de la portée de la communication de données entrera en vigueur, les sociétés pourront effectuer leur communication d’informations en utilisant cette série de données en commun.

Comme toutes les données seront collectées en un seul lieu, les agents déclarants auront un aperçu clair et cohérent de la position actuelle de leur prêt, avec une vue comparable aux mois précédents. Du point de vue du modèle commercial et d’exploitation, c’est une manière très utile d’évaluer les données et de développer de nouvelles stratégies en conséquence. Les demandes spécifiques d’AnaCredit recentreront le débat, car il ne s’agit plus seulement de collecter et de soumettre les informations, il s’agit aussi de garantir une meilleure qualité des données.

Prôner la valeur des demandes réglementaires à travers la technologie

Il existe deux manières d’aborder les défis d’AnaCredit. La première consiste à appliquer des réparations tactiques à court terme et la seconde consiste à mettre au point une approche stratégique en guettant les opportunités qui se cachent derrière la nature à facettes multiples de la réglementation, tout en gardant à l’esprit une vision à long terme.

Pour en revenir à notre sujet, AnaCredit semble constituer actuellement un défi réglementaire sans précédent. Toutefois, à long terme, c’est une opportunité d’amélioration qui présenterait aux EF des capacités inestimables de gestion de données, ainsi que la possibilité d’améliorer l’efficacité de leurs modèles commerciaux et d’exploitation. Les sociétés ont besoin d’une approche stratégique pour affronter les coûts et la complexité de la conformité, tout en récoltant les bénéfices de la norme.

La conformité réglementaire et les solutions logicielles externalisées s’entrelacent de plus en plus. Les EF prennent progressivement conscience que leurs fonctions de communication d’informations et de gestion des risques requièrent une automatisation efficace. Cette découverte a amené les banques et les régulateurs à créer ensemble un Dictionnaire intégré de la communication d’informations destinées aux banques (BIRD), qui comprend les données et procédures de transformation que les banques peuvent suivre pour répondre aux exigences de communication d’informations imposées par AnaCredit. La plate-forme réglementaire stratégique d’AxiomSL a adapté cette méthode avec la fonction du Dictionnaire de données (DD) commun. Accessible à travers le tableau de bord, notre module de collecte de données en commun est identique dans tous les pays concernés par AnaCredit. Nous offrons un service multi-juridictionnel de communication d’informations, au moyen duquel tous les rapports d’AnaCredit peuvent être soumis à travers notre plate-forme stratégique et expédiés à la juridiction spécifique sous le format requis. Les capacités inhérentes de gestion de données d’AxiomSL, combinées à sa plate-forme transparente et ouverte, donnent aux EF l’autonomie de gestion de très grands volumes de données avec une fonctionnalité robuste d’agrégation et de gouvernance de données.

Au moment où les agents déclarants sont submergés de demandes réglementaires, ils devraient songer à aborder stratégiquement ces défis de conformité complexes aux échelles locale et mondiale, en 2018 et à l’avenir.

Cliquez ici pour en apprendre davantage sur la solution AnaCredit d’AxiomSL.