Basel IV: Tons Of OSFI BCAR Changes. Two Sets Of Rules. One Deadline.

OSFI BCAR Changes: Capital, Leverage, Liquidity Requirements

Jump to the blog in French

The Office of the Superintendent of Financial Institutions (OSFI) recently released the final draft of its BCAR changes for capital, leverage, and liquidity requirements. These go along with the finalized Basel IV capital reporting updates for implementation on November 1, 2022 – one day after Canada’s fiscal yearend. To say that was the regulated were surprised by the magnitude of the changes to calculations and reporting would be an understatement.

This broad swath of OSFI BCAR changes and more comprises:

  • Almost double the number of BCAR schedules (specifically the capital adequacy regulatory reports) from 46 to 82!
  • Additional reporting updates for Pillar 3, including 15 new fixed and 10 new flexible reports that were not part of the 2018 reporting requirements.
  • Updates to leverage ratio calculations and reports to be more in line with its capital calculation requirements.
  • Changes to liquidity adequacy requirements to improve risk-sensitivities.
  • New and refined asset classes requiring detailed exposure information for reporting and associated calculations including:
    • An increase in the number of asset classes/categorization and associated treatments for each asset class.
    • New standardized risk-weight assignments.
    • New K inputs for retail residential mortgages if repayment materially depends on cashflow.
    • Further identification of non-financial collateral for LGD and haircut assignments.
    • New SME and SBE thresholds.
    • New PD and LGD floors.
    • More stringency around which asset classes qualify for AIRB treatment. Sorry EIF. Some banks will need to increase their capital.
  • New small and medium-sized bank (SMSB) category for deposit-taking institutions that fall into category I or II; they may receive a more simplified treatment for certain asset classes.
  • New calculations for operational risk. New Standardized Approach and Simplified Standard Approach for qualifying non-DSIBs and SMSBs.

The good news is that the OSFI BCAR changes are now available for institutions to review and start planning their changes. The effort to implement OSFI’s Basel IV reporting and calculations changes will be an extensive yearlong one, particularly for institutions that want to rebuild their regulatory capital calculation and reporting system to address these changes but would be doing so in-house.

osfi bcar changes

Everybody Gets A Redo

For a long time, OSFI had a one-size-fits-all approach to reporting and calculations, which is obviously the easier route for the regulator. As of November 1, 2022, however, there will be bifurcated requirements based on the size and nature of the bank. For example, some banks may qualify for the SMSB treatment for RWA calculation but the simplified Standardized Approach for operational risk. It is as if there are two sets of rules to follow depending on the bank, portending more work for banks and vendors of reporting solutions alike.

For Smaller Banks, A More Simplified Process

For smaller and foreign-owned banks complying with Basel III requirements that didn’t necessarily apply to them only strained their already limited resources. OSFI recognized the differences and obliged them with fewer and different rules. And while having fewer constraints and requirements is a good thing, in this case, different principally compounds the hardships with a new learning curve, and for many a whole new system to comply with the guidelines – at least in the short term. But it’s not all expenses. In the long run, the regulatory reporting process will be simpler for smaller banks, which enables them to reap better RWA than when they had the same calculation requirements as the larger banks.

For Larger Banks, Same Old, Same Old?

For the Big 5/6 for whom the OSFI BCAR rules apply, nothing has changed. Or has it? Yes! The calculations are more complex. They require:

  • More granularity for RWA calculations and reporting.
  • More years of data as input.
  • More years of data to be retained for audit purposes.

All putting a strain on an already stressed system.

Everyone Gets A Redo? Everyone Gets An AxiomSL Solution!

AxiomSL’s capital solutions support requirements for banks of any size. The out-of-the-box ControllerView® and solutions in a SaaS ecosystem support the smaller banks’ limited resources and slimmed-down reporting requirements. The SaaS offering also takes away all the administrative chores. AxiomSL also understands the need for larger banks to reconcile between their complex GL and what was loaded into the system – applications, calculations, and reporting – using the same source, on a single platform.

Imagine, adjustments when you need them; calculations, analysis, and what-if scenarios; better performance regardless of volume; ample rerun opportunities without risking a deadline; and dashboards for improved reporting.

To stop imagining and find out how to get the redo underway for the OSFI BCAR changes contact us here.

 

Bâle IV: Une Tonne De Changements BCAR. Deux Types De Règles. Une Date Limite.


Nouvelles Exigences Du BSIF En Matière De Capital, D’effet De Levier, Et De Liquidité

Le Bureau du surintendant des institutions financières (BSIF) a récemment publié l’ébauche finale de ses changements du BCAR relatifs aux besoins en fonds propres, au ratio d’effet de levier et au ratio de liquidité. Ces mises à jour vont de pair avec les mises à jour finalisées de Basel IV dont la mise en œuvre est prévue pour le 1er novembre 2022, soit un jour après la fin de l’année fiscale au Canada. Dire que les institutions financières ont été surprises par l’ampleur des changements apportés aux calculs et aux rapports serait un euphémisme.

Cette vaste série de changements au BCAR du BSIF comprend:

  • Le quasi doublement du nombre de Tableaux du BCAR (plus précisément les rapports liés au ratio d’adéquation des fonds propres réglementaires), qui passe de 46 à 82!
  • Mises à jour supplémentaires des rapports pour le pilier 3, y compris 15 nouveaux rapports fixes et 10 nouveaux rapports flexibles qui ne faisaient pas partie des exigences de déclaration de 2018.
  • Mises à jour du calcul des ratios et des rapports qui seront mieux alignés avec les exigences en matière de calcul du capital.
  • Modifications apportées aux exigences en matière de suffisance des liquidités afin d’améliorer la sensibilité au risque.
  • Nouvelles catégories d’expositions plus affinées nécessitant des renseignements détaillés sur l’exposition aux fins de déclaration et de calculs connexes, notamment:
    • Augmentation du nombre de catégories d’actifs et des traitements associés à chaque catégorie d’actif.
    • Nouvelles pondérations des risques en approche Standard.
    • Nouveaux paramètres d’entrée pour le calcul du K en ce qui concerne les prêts hypothécaires résidentiels de détail lorsque le remboursement dépend sensiblement des flux de trésorerie.
    • Identification plus complète des garanties non financières pour les affectations de LGD et de décotes.
    • Nouveaux seuils pour les petites et moyennes Entreprises (PME) et les Petites entreprises.
    • Nouveaux planchers de PD et LGD
    • L’admissibilité de certaines classes d’exposition au traitement selon l’approche AIRB est plus restrictive. Désolé pour les placements en actions dans les fonds. Certaines banques devront augmenter leur capital.
  • Nouvelle catégorie de petites et moyennes banques (PMB) pour les institutions de dépôt qui entrent dans les catégories I ou II; elles peuvent recevoir un traitement plus simplifié pour certaines catégories d’actifs.
  • Nouveaux calculs pour le risque opérationnel. Nouvelle Approche Standard et nouvelle Approches Standard Simplifiée pour les non-BIS et les PMB admissibles.

La bonne nouvelle, c’est que les institutions ont maintenant à leur disposition l’information sur les modifications du BCAR et peuvent la consulter et commencer à planifier leurs changements. Les efforts déployés pour mettre en œuvre les changements Bâle IV du BSIF apportés aux rapports et aux calculs seront considérables tout au long de l’année, particulièrement pour les institutions qui souhaitent rebâtir leur système de calcul du capital réglementaire et de déclaration pour faire face à ces changements, mais qui le feraient en interne.

Refonte Pour Tout le Monde

Pendant longtemps, le BSIF a eu une approche universelle en matière de rapports et de calculs, ce qui est évidemment la voie la plus facile pour l’organisme de réglementation. Toutefois, à compter du 1er novembre 2022, les exigences bifurquent en fonction de la taille et de la nature de la banque. Par exemple, certaines banques peuvent être admissibles au traitement PMB pour le calcul des RWA, mais à l’approche standard simplifiée (ASS) pour le risque opérationnel. C’est comme s’il y avait deux ensembles de règles à suivre selon la banque, laissant présager plus de travail pour les banques et les fournisseurs de solutions de déclaration.

Pour Les Petites Banques: Un Processus Davantage Simplifié

Pour les petites banques et les succursales de banques étrangères qui se conforment aux exigences de Bâle III ne s’appliquant pas nécessairement à elles, ces exigences ne faisaient que mettre à rude épreuve leurs ressources déjà limitées. Le BSIF a reconnu des différences et leur fournit des règles moins nombreuses et différentes. Et bien que moins de contraintes et d’exigences soit une bonne chose, dans ce cas, des règles différentes signifient principalement une nouvelle courbe d’apprentissage et pour beaucoup un tout nouveau système afin de se conformer aux directives règlementaires, ce qui aggrave les difficultés, du moins à court terme. Mais il n’y a pas que des désavantages. À long terme, le processus de déclaration réglementaire sera plus simple pour les petites banques, ce qui leur permettra d’obtenir un RWA plus favorable que lorsqu’elles avaient les mêmes exigences de calcul que les grandes banques.

Pour Les Grandes Banques: Pareil Qu’avant?

Pour le Big 5/6 auquel les changements au BCAR du BSIF s’appliquaient déjà, rien ne semble avoir changé. Donc pas de changements? Si! Les calculs sont plus complexes. Ils exigent:

  • Plus de granularité pour les calculs et les rapports RWA.
  • Plus d’années de données en paramètres d’entrée.
  • Plus d’années de données à conserver aux fins de vérification.

Tous mettent à rude épreuve un système déjà stressé.

Une Refonte Pour Tout Le Monde? Une Solution AxiomSL Pour Tout Le Monde!

Les solutions capital d’AxiomSL répondent aux exigences de banques de toute taille. ControllerView et les solutions d’un écosystème SaaS sont disponibles sur le marché et répondent aux besoins limités des petites banques en matière de rapports. L’offre SaaS prend également en charge toutes les tâches administratives. AxiomSL comprend également la nécessité pour les grandes banques de réconcilier leur Grand Livre complexe avec ce qui a été chargé dans le système – applications, calculs et rapports – à l’aide de la même source, sur une seule plateforme.

Imaginez, des ajustements quand vous en avez besoin; calculs, analyses et scénarios d’analyse; de meilleures performances quel que soit le volume; de nombreuses possibilités de réexécution sans risquer une date limite; et des tableaux de bord pour améliorer les rapports.

Pour arrêter d’imaginer et découvrir comment comprendre la refonte en cours relative aux changements BCAR: Veuillez nous contacter.

Related Links:

 



We use cookies in order to give you the best possible experience on our website. By continuing to use this site, you agree to our use of cookies.
Accept